Collectif Scex

1 – Laurence Piaget-Dubuis

17_300x200_14082021-Diavolezza-31191_LPiaget-Dubuis

1 – Laurence Piaget-Dubuis

Les traces du changement lisibles sur le paysage questionnent le rapport entre l’humain et son environnement et témoignent de l’apparition de nouveaux espaces et enjeux pour les territoires de montagnes. Loin de vouloir alimenter l’éco-anxiété qui caractérise notre période sous pression et sans la chimère de solutions technologiques qui encapsulent les plus fortunés vers le cosmos à la recherche de nouveaux habitats, cette image souhaite signifier l’interconnexion du vivant humain et non-humain.
Laurence Piaget-Dubuis, Sas / Airlock, glacier Diavolezza, GR, CH, 2021

The traces of change that can be read on the landscape question the relationship between humans and their environment and testify to the emergence of new spaces and issues for mountain territories. Far from wanting to feed the eco-anxiety which characterizes our period under pressure and without the chimera of technological solutions which encapsulate the most fortunate towards the cosmos in search of new habitats, this image wishes to signify the interconnection of the living human and non-human.
Laurence Piaget-Dubuis, Sas / Airlock, Diavolezza glacier, GR, CH, 2021

2 – Laurence Piaget-Dubuis

17_300X200_PIAGET_30972

2 – Laurence Piaget-Dubuis

Marqueurs du dérèglement climatique, les glaciers alpins reculent inexorablement. Au-delà des images de promotion touristique, qui invitent à consommer une montagne aux espaces «illimités» et source de liberté, cette photographie dresse le portrait d’espaces et de marges au front brûlant, atteint d’une fièvre qui transforme l’or blanc en désert de cailloux et de silence et qui demandent qu’on se penche à leur chevet… La terre est notre seule demeure, protégeons-la!
Laurence Piaget-Dubuis, Perfusion / Infusion, glacier Diavolezza, GR, CH, 2021

Markers of climate change, the Alpine glaciers are inexorably retreating. Beyond the images of tourist promotion, which invite to consume a mountain with “unlimited” spaces and source of freedom, this photography draws the portrait of spaces and margins with burning foreheads, affected by a fever which transforms the white gold into a desert of stones and silence and which ask that we bend down to their bedside… The earth is our only home, let us protect it!
Laurence Piaget-Dubuis, Perfusion / Infusion, Diavolezza glacier, GR, CH, 2021

3 – Eduardo  Leal

Plastic Trees

3 – Eduardo  Leal

Les sacs plastiques font partie du paysage de l’Altiplano bolivien. L’accumulation de sacs plastiques sur l’environnement entraîne la détérioration des paysages et des sols agricoles et est associée à la mort d’animaux domestiques et sauvages. Le monde en consomme un million par minute, mais le sac en plastique tout usage est devenu la principale source de pollution dans le monde. La plupart du plastique n’est pas biodégradable et c’est un matériau durable qui peut durer des centaines d’années dans l’environnement. La série Plastic Trees a été réalisée pour attirer l’attention sur ce problème, en se concentrant sur la propagation des sacs plastiques sur l’Altiplano bolivien, où des millions de sacs voyagent avec le vent jusqu’à ce qu’ils s’enchevêtrent dans les buissons indigènes, endommageant ainsi les magnifiques paysages.

Plastic bags are part of the landscape of the Bolivian Altiplano. The accumulation of plastic bags on the environment cause deterioration of the landscapes and agriculture soils and it is associated to the death of domestic and wild animals. The world consumes 1 million every minute, but the all useful plastic bag as become the main source of pollution worldwide. Since most of the plastic isn’t biodegradable and it is a durable material it can last for hundreds of years in the environment. Plastic Trees series was made to call for the attention on this problem, focusing on the spreading of the plastic bags on the Bolivian Altiplano, where millions of bags travel with the wind until they got entangled in native bushes, damaging the beautiful landscapes

4 – Eduardo  Leal

Killer Bean

4 – Eduardo Leal

Santo Ramon Gonzales est assis dans son jardin. Il se plaint que les producteurs de soja font tout ce qu’ils peuvent pour expulser sa communauté de ses terres. Il dit qu’ils utilisent de nombreuses tactiques différentes comme : pulvériser leurs maisons, leurs champs et leurs animaux avec du glyphosate, les menacer avec des armes et même prétendre avec de faux papiers qu’ils possèdent la terre. Les populations indigènes de la région sont menacées par les producteurs de soja qui voient dans leurs terres une occasion de cultiver davantage. D’un autre côté, les indigènes défendent l’agriculture durable et vivent en harmonie avec la nature.

Santo Ramon Gonzales sits in his backyard. He complains that soy producers are doing everything they can to expel his community out of their land. He says they use many different tactics like: pulverize their homes, fields and animals with glyphosate, threatening them with weapons and even claim with fake paperwork that they own the land. The indigenous people in the area are being threatened by soy producers that see their land as an opportunity to grow more of the crop. On the other hand indigenous defend sustainable agriculture and live in harmony with nature.

5 – Gianluca Colla

Fujifilm shooting with X-Pro2

5 – Gianluca Colla

La péninsule antarctique a connu une augmentation de la température de l’air de 3°C.. Bien que cela semble faible, c’est 5 fois le taux moyen de réchauffement de la planète tel que rapporté par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

Antarctica has experienced air temperature increases of 3°C in the Antarctic Peninsula. Although that might not seem very much, it is 5 times the mean rate of global warming as reported by the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC).

6 – Gianluca Colla

23_171025_SOUTHGEORGIA_7119

6 – Gianluca Colla

Les manchots royaux sont les deuxièmes plus grands des espèces de manchots. Ils étaient parfois appelés “manchots laineux” par les premiers explorateurs et chasseurs de phoques, car l’épais duvet brun des juvéniles ressemble à la laine des moutons. Certains pensaient même qu’il s’agissait d’une espèce distincte, une impression renforcée par leur saison de reproduction complexe qui signifie qu’il y a presque toujours des poussins dans les parages à tout moment de l’année.

King penguins are the second largest of the penguin species. They were sometimes known as “woolly penguins” by the early explorers and sealers as the thick brown down of the juveniles looks like wool on sheep. Some even thought they were a separate species, an impression strengthened by their complex breeding season meaning there are almost always some chicks around at all times of the year.

7. Alessandro Grassani

Environmental migrants: the last illusion. Kenya, Nairobi.

7 – Alessandro Grassani

Le long de la frontière entre le Kenya et l’Éthiopie. Dans le village de Seis, les habitants sont épuisés par le manque constant d’eau et de pluie. Il n’y a eu qu’une seule pluie au cours des deux dernières années.

Kenya, Turkana region. Mass grave where hundreds of people are buried, victims of tribal clashes over control of the area’s small water resources. In the cross, the inscription ’28 people’ indicates the number of people killed during a single attack.

8 – Alessandro Grassani

Environmental migrants: the last illusion. Kenya, Nairobi.

8 – Alessandro Grassani

Kenya, région de Turkana. Fosse commune où sont enterrées des centaines de personnes, victimes d’affrontements tribaux pour le contrôle des petites ressources en eau de la région. Dans la croix, l’inscription “28 personnes” indique le nombre de personnes tuées lors d’une seule attaque.

Kenya, Turkana region. Mass grave where hundreds of people are buried, victims of tribal clashes over control of the area’s small water resources. In the cross, the inscription ’28 people’ indicates the number of people killed during a single attack.

9 – Randy Olson / Melissa Farlow

Plastic trash in Freedom Island's ecotourism area.

9 – Randy Olson / Melissa Farlow

Vu d’en dessous, un morceau de plastique rouge flottant dans la baie de Manille ressemble à un poisson. Plus de 500 000 tonnes de déchets plastiques sont rejetées par cette baie chaque année, contribuant ainsi aux 10 millions de tonnes de plastique qui s’infiltrent dans les océans chaque année, et qui proviennent principalement d’Asie. La baie est l’un des plans d’eau les plus pollués au monde.

From underwater, a piece of red plastic floats in Manila Bay looks similar to a fish. Over 500,000 tons of plastic trash washes out through this bay every year, contributing to the 10 million metric tons of plastic seeps into the oceans annually, which comes mostly from Asia. The bay is one of the most polluted bodies of water in the world.

11 – Randy Olson / Melissa Farlow

Spawning salmon in the Ozernaya River.

10 – Randy Olson / Melissa Farlow

“Le plateau du Kamtchatka, en Russie, est le dernier endroit sûr pour le saumon et le seul endroit sur Terre où l’on trouve sept espèces d’oncorhynchus (dérivé de mots grecs signifiant nez de crochet). Ces poissons ont été laissés tranquilles pendant des millions d’années, mais ils sont aujourd’hui menacés dans une grande partie du monde. La production de saumon n’est plus que de 3 ou 4 % de la production historique sur tout le littoral du Pacifique en raison de la réduction de l’habitat et des barrages qui les empêchent de migrer. Les saumons se transforment étonnamment de missiles argentés dans l’océan en créatures aux couleurs vives lorsqu’ils remontent leurs rivières ancestrales. Lorsqu’ils frayent, les mâles adultes développent un nez crochu. Sur la photo prise dans la rivière Ozernaya, on voit le saumon rose – le plus abondant – qui arrive par la gauche du cadre, et le sockeye – le plus précieux – juste en dessous.

The Kamchatka Shelf in Russia is the last safe place for salmon and the only place on Earth with seven species of oncorhynchus (derived from Greek words meaning hook nose). These fish were left alone for millions of years, but are now threatened in much of the world. Salmon production is down to 3 or 4 percent of historic production along the entire Pacific Rim because of reduced habitat and dams that keep them from their migration. Salmon amazingly transform from silver missiles in the ocean to brightly colored creatures as they make their way back up their ancestral rivers. When they spawn, adult males develop a hooked nose. The photo made in the Ozernaya River shows pink salmon— the most abundant—swimming in from the left side of the frame, and sockeye—the most valuable—just below them.

11 – Randy Olson / Melissa Farlow

20_300X200_NGM200108

11 – Randy Olson / Melissa Farlow

“Enveloppée de poussière dans les derniers rayons de lumière, la cowgirl Heidi Redd conduit le bétail vers les montagnes pour atteindre l’eau pendant les mois secs de l’été. La terre fouettée par la poussière offre peu de fourrage pour le bétail, c’est pourquoi les éleveurs paient pour des allocations de pâturage qui leur permettent de faire paître leur bétail sur des terres publiques.
Redd est déterminée, authentique et pleine de cran lorsqu’elle travaille sur son ranch Dugout de Nature Conservancy dans l’Utah, qui est entouré d’une beauté désolée.

Shrouded in dust in the last kick of light, cowgirl Heidi Redd drives cattle toward the mountains to reach water during the dry summer months. Earth whipped into dust offers little forage for cattle, so ranchers pay for grazing allotments that allow them to run their stock on public land.
Redd is determined, authentic and full of grit while working on her Nature Conservancy Dugout Ranch in Utah that is surrounded by desolate beauty.

12 – Randy Olson / Melissa Farlow

Curious wild mustangs

12 –Randy Olson / Melissa Farlow

“Un jeune cheval d’un an curieux, au pelage hirsute, s’approche pour le regarder de plus près. Il fait partie du troupeau Catnip de “chevaux de guerre”, principalement élevés pour la cavalerie américaine dans les années 1800. Le gouvernement américain a lâché des chevaux pur-sang dans le champ de tir de Sheldon, dans le Nevada, pour les mélanger aux lignées de chevaux de race standard afin d’obtenir un “cheval de guerre” plus grand et plus rapide. Pendant la première et la deuxième guerre mondiale, ces chevaux ont été rassemblés à Sheldon, chargés dans des wagons de chemin de fer et emmenés sur la côte Est où ils ont traversé l’océan Atlantique.
Les chevaux qui survivaient au voyage avaient un mors placé dans leur bouche et commençaient à tirer l’artillerie ou à servir de monture de cavalerie. Une cargaison de 500 chevaux partait tous les jours et demi pour approvisionner les troupes américaines et alliées. Près de huit millions de chevaux sont morts au cours de la seule Première Guerre mondiale.
Les vestiges des troupeaux de “chevaux de guerre” erraient en liberté jusqu’à ce qu’ils soient totalement retirés de la Sheldon National Wildlife Range en 2015. Les gestionnaires de la faune sauvage de Sheldon considéraient les chevaux comme sauvages, citant le fait qu’ils entraient en compétition pour les ressources avec les espèces animales indigènes.

A curious yearling with a shaggy, winter coat approaches for a closer look. He is part of the Catnip herd of “war horses” mostly bred for the US Cavalry in the 1800s. The U.S. government released thoroughbred horses at Nevada’s Sheldon range to mix with the standard bred bloodlines making a bigger, faster “war horse.” During World War I and II, these horses were rounded up from Sheldon, loaded onto railroad cars and taken to the East Coast where they were shipped across the Atlantic Ocean.
Horses that survived the journey had a bit placed in their mouths and began to pull artillery or serve as a cavalry mount. A shipment of 500 horses left every day and a half to supply American and Allied troops. Nearly eight million horses died in World War I alone.
Remnants of the “war horse” herds roamed free until they were totally removed from the Sheldon National Wildlife Range in 2015. Sheldon wildlife managers considered the horses feral citing that they competed for resources with native animal species.

13 – Josh Kempinaire

18_300X200_KEMPINAIRE_E_Iceland4

13 – Josh Kempinaire

C’est en novembre 1973 que le DC-3 (ou Dakota C-117), parti de Höfn, à l’Est du pays, a été pris dans une tempête en fin d’après-midi et a été contraint de se poser d’urgence sur cette plage. Il y avait 7 membres d’équipage, tous sortis indemnes de cet atterrissage forcé au beau milieu d’un désert de sable noir. Même si on ne connait pas avec exactitude les raisons de ce crash, un manque de carburant pourrait être à l’origine de cet atterrissage précipité. Certains pensent également que le froid pourrait avoir gelé le moteur et être à l’origine du crash.

It was in November 1973 that the DC-3 (or Dakota C-117), departing from Höfn in the east of the country, was caught in a storm late in the afternoon and was forced to make an emergency landing on this beach. There were 7 crew members, all of whom escaped unharmed from the forced landing in the middle of a black sand desert. Although the exact reasons for the crash are not known, a lack of fuel may have been the cause of the emergency landing. Some also believe that the cold weather may have frozen the engine and caused the crash.

14 – Josh Kempinaire

18_300X200_KEMPINAIRE_E_Gornergrat

14 – Josh Kempinaire

Peut-être moins iconique que la vue du Cervin mais pourtant tout aussi impressionnante. il suffit de tourner le dos à la plus célèbre des montagnes suisses pour découvrir le Gornergletscher, dans le massif du Mont Rose. Le Gornergletscher est rejoint par plusieurs glaciers dont le Grenzgletscher et entouré par plusieurs illustres 4000 comme la Pointe Dufour, Castor, Pollux ou encore le Breithorn.

Perhaps less iconic than the Matterhorn, but just as impressive, is the Gornergletscher in the Monte Rosa massif. The Gornergletscher is joined by several glaciers including the Grenzgletscher and surrounded by several famous 4000m peaks such as Pointe Dufour, Castor, Pollux and the Breithorn.