Randy Olson / Melissa Farlow 1

1 – Randy Olson / Melissa Farlow

MM7890_20100326_02310

1 – Randy Olson / Melissa Farlow

La fumée de pneus en feu remplit le ciel tandis que des travailleurs sont attirés pour observer les flammes depuis une falaise voisine à l’extérieur de Kampala. Le feu est utilisé pour ramollir les roches extraites des carrières. Les familles utilisent des marteaux pour briser le matériau, ce qui leur rapporte environ 50 cents par jour.

Smoke from burning tires fills the sky while workers are drawn to watch the flames from a nearby cliff outside of Kampala. Fire is used to soften rocks hauled from quarries, then families use hammers to break down the material earning approximately 50 cents a day.

2 – Randy Olson / Melissa Farlow

RANDY OLSON_MM8429_CRANES

2 – Randy Olson / Melissa Farlow

“Alors que je dormais dans un store au Nebraska, je me suis réveillé au son du grondement du tonnerre et des éclairs illuminant une scène spectaculaire.

Chaque printemps, les grues cendrées et les grues du Canada migrent vers la Platte River du Nebraska en plus grand nombre que partout ailleurs dans le monde. Les grues du Canada ont évolué au cours du Pléistocène, et les lits fossiles voisins contiennent les restes de grues préhistoriques datant de 10 millions d’années. Chaque année, 560 000 grues traversent le pays lors de leur migration, en forme de sablier, se déployant au nord et au sud, mais atteignant un point d’étranglement sur la Platte River.

Ce sont les oiseaux de prairie des Grandes Plaines qui volent de la Sibérie et du Canada vers le sud des États-Unis et le nord du Mexique, contraints par les Montagnes Rocheuses de la même manière que l’aquifère l’était lorsque ces montagnes se sont formées. Les grues se nourrissent sur les terres agricoles adjacentes, ironiquement, en mangeant des déchets de maïs. C’est ironique car c’est l’agriculture moderne qui leur a enlevé les eaux dont elles ont besoin pour survivre.

Le Crane Trust a compté 413 000 grues du Canada ce soir-là, soit plus que ce qu’il n’avait jamais vu auparavant. Cette image représente donc ce à quoi cela devait ressembler il y a des millions d’années. Les groupes de protection de l’environnement travaillent sans relâche pour que les 30 km de la rivière restent un habitat parfait. L’un des plus grands couloirs de migration au monde dépend d’un noyau de bénévoles et de l’argent qu’ils collectent pour draguer les rivières. Et cette photo témoigne d’une concentration sans précédent de grues en raison de la grave perte d’habitat.”

While sleeping in a blind in Nebraska, I woke to rumble of thunder and flashes of lightning illuminating a spectacular scene.

Every spring Lesser Sandhill Cranes and Greater Sandhill Cranes migrate to Nebraska’s Platte River in greater numbers than anywhere else in the world. Sandhill cranes evolved during the Pleistocene, and nearby fossil beds contain the remains of prehistoric cranes from 10 million years ago. Annually 560,000 come through on migration in the shape of an hourglass fanning out in the North and the South, but hitting a choke point on the Platte River.

These are the grassland birds of the Great Plains that fly from Siberia and Canada to the southern United States and Northern Mexico constrained by the Rocky Mountains in the same way the aquifer was when those mountains were formed. The cranes feed on adjacent farmland, ironically, eating waste corn. It is ironic because modern agriculture is what took away the waters they need to survive.

The Crane Trust counted 413,000 sandhill cranes on this evening-more than they’ve ever seen before, so this image is what it must have looked like millions of years ago. Conservation groups tirelessly work to keep 20 miles of the river a perfect habitat. One of the biggest migration corridors in the world hinges on a core of volunteers and the money they raise to dredge the rivers. And this photo speaks to an unprecedented concentration of cranes because of severe loss of habitat.

3 – Randy Olson / Melissa Farlow

MM8429_20151020_21196

3 – Randy Olson / Melissa Farlow

“Un tas de maïs d’une valeur de 24 millions de dollars à Imperial, Nebraska, peut être consommé par 53 000 vaches en quelques mois. La mise à l’abri du maïs donne lieu à un rodéo de tracteurs fous qui récoltent le maïs et le milo rouge avant l’arrivée d’une tempête. Ce monticule de grains s’étendra finalement sur 300 pieds de long et contiendra cinq millions de boisseaux.
Une grande partie du maïs de la région, une culture irriguée et assoiffée, est cultivée pour engraisser le bétail. L’EAU, c’est pour le MAÏS et le MAÏS, c’est pour le BOEUF. Et toute cette région est une affaire de BIG AG. Les petits agriculteurs familiaux avec leurs corrals à litière ont disparu depuis longtemps car les grandes sociétés les ont avalés. Une diminution darwinienne des zones rurales a survécu au Dust Bowl et à la crise des exploitations familiales, mais elles sont maintenant confrontées à la fin de l’eau facile. BIG AG est toujours là pour rester et restera avec des parcs d’engraissement comme celui-ci, même après la disparition de l’eau facile. Le calcul du maïs : 24 millions de dollars US, c’est 5,25 millions de boisseaux ou environ 3,80 $ le boisseau.

A $24 million USD pile of corn in Imperial, Nebraska can be consumed by 53,000 cows in a matter of months. Getting the corn under cover creates a crazed tractor rodeo harvesting corn and red milo before a storm rolls in. This mound of grain will eventually stretch 300 feet long and contain five million bushels.
Much of the region’s corn, a thirsty, irrigated crop, is grown to fatten cattle. WATER is about CORN and CORN is about BEEF. And this entire region is about BIG AG. Small family farmers with bedspring corrals are long gone as corporations swallowed them up. A Darwinian dwindling of rural areas survived the Dust Bowl and the family farm crisis, but now they face the end of easy water. BIG AG is still here to stay and will remain with feedlots like this one even after the easy water is gone. The math on the corn: 24 million USD is 5.25 million bushels or around $3.80 a bushel.

4 – Randy Olson / Melissa Farlow

Gold_20060420_01098

4 – Randy Olson / Melissa Farlow

“Des agriculteurs indonésiens mettent leurs houes au service de l’exploitation minière et creusent illégalement pour trouver de l’or sur une rive déchirée de Bornéo. Des milliers de travailleurs ont quitté leurs champs pour se joindre à la ruée vers l’or de l’exploitation minière artisanale en Indonésie pour avoir la chance de gagner cinq dollars par jour.

L’est de Java connaît un taux de chômage élevé, et de nombreux travailleurs migrants sont initialement venus à Kalimantan pour travailler dans l’exploitation artisanale du bois. Mais le gouvernement a éliminé les petites exploitations au profit de deux grandes entreprises afin de pouvoir contrôler le secteur. Ainsi, tous les travailleurs artisanaux du bois sont passés à l’or.
L’est de Java est surpeuplé et le gouvernement a un programme officiel de transmigration vers Kalimantan. Les travailleurs gagnent plus, alors ils campent en n’ayant accès qu’à l’eau des bassins d’amalgame où ils se baignent et boivent. “

Indonesian farmers turn their hoes to mining and illegally dig for gold on a torn up riverbank in Borneo. Thousands of workers have left their fields to join Indonesia’s gold rush of artisanal mining for the chance to make five dollars a day.

Eastern Java has high unemployment, and many migrant workers initially came to Kalimantan to do artisanal timber work. But the government stomped out small operations in favor of two big companies so they could control the industry. So, all the artisanal timber workers switched to gold.
Eastern Java is overcrowded and the government has an official transmigration program to Kalimantan. Workers earn more so they camp having access only to water from the amalgam ponds where they bath and drink.

5 – Randy Olson / Melissa Farlow

HSBCSydneyAU_20091213_10476

5 – Randy Olson / Melissa Farlow

Des adorateurs du soleil s’étalent sur la plage de Bondi à Sydney, en Australie, avant que le terme “distanciation sociale” ne soit fréquemment utilisé. Le sable doré et les eaux bleues attirent les surfeurs et les baigneurs, ce qui en fait l’une des plages les plus célèbres du monde. Bondi est un mot aborigène qui signifie “l’eau qui se brise sur les rochers” ou le surf. Les Aborigènes occupaient la région avant la colonisation européenne, comme en témoignent les nombreuses gravures rupestres représentant des créatures marines dans la région.

Sun worshipers spread out on Bondi Beach in Sydney, Australia before the term “social distancing” was frequently used. The golden sand and blue waters attract surfers and swimmers making it one of the most famous beaches in the world. Bondi is an Aboriginal word that means “breaking water over rocks” or surf. Aboriginal people occupied the area before European settlement that is evidenced by numerous rock carvings of sea creatures in the area.

6 – Randy Olson / Melissa Farlow

Crawfish Farms in Louisiana are a major draw for migratory birds.

6 – Randy Olson / Melissa Farlow

La Louisiane côtière est le lieu le plus important pour de nombreuses espèces d’oiseaux en Amérique du Nord. Quarante millions d’entre eux y passent chaque année en pleine saison migratoire et sont principalement attirés par l’aquaculture. Les étangs à écrevisses sont connus sous le nom de “zones humides de travail” car ils abritent une grande quantité d’oiseaux. Grâce aux données du radar Doppler, les scientifiques ont déterminé que jusqu’à 2,5 millions d’oiseaux par jour traversent la Louisiane en se posant dans les eaux riches en nourriture pour leurs longs vols.

Coastal Louisiana is the most important place for many species of birds in North America. Forty-million fly through a year in peak migratory season and are primarily drawn by aquaculture. Crawfish ponds are known as “working wetlands” because so much bird life is supported. Through Doppler radar data, scientists have determined that up to 2.5 million birds a day cross Louisiana landing in the waters rich with food for their long flights.

7 – Randy Olson / Melissa Farlow

MELISSA FARLOW_MM7517_1222825

7 – Randy Olson / Melissa Farlow

“Une jument et son poulain gravissent une colline sous le ciel sombre d’une tempête imminente dans le Dakota du Sud. Le couple est issu du troupeau de chevaux de Gila, d’origine espagnole, arrivé en Amérique du Nord au XVIe siècle avec les Conquistadors. Les chevaux sauvages se sont cachés des éleveurs dans les marais salants de l’Arizona jusqu’à ce qu’à l’époque moderne, ils ont été capturés, déplacés, puis le troupeau a été sauvé.

A mare and foal crest a hill under darkening skies of a looming storm in South Dakota. The pair descended from the Gila herd of horses of Spanish origin that came to North America in the 16th century with the Conquistadors. The wild horses hid from ranchers in the salt marshes in Arizona until in modern times they were captured, removed, and then the herd was rescued.

8 – Randy Olson / Melissa Farlow

Sudan 092

8 – Randy Olson / Melissa Farlow

“Le gouvernement du Soudan (GOS) a largué des bombes depuis un avion russe Antonov, anéantissant un village entier et tout le bétail. Le bétail est visé car il s’agit de la dernière ressource des populations en période de famine. L’objectif du GOS est de forcer les habitants du Sud à quitter leurs villages pour s’installer dans des villes de garnison où ils peuvent être contrôlés. Les enfants sont également kidnappés.

The Government of Sudan (GOS) dropped bombs from a Russian Antonov plane wiping out an entire village and all of the livestock. Livestock is targeted because it is the last resource for people in times of famine. The goal of the GOS is to force southerners from their villages into garrison towns where they can be controlled. Children are also kidnapped.

9 – Randy Olson / Melissa Farlow

RANDY OLSON_MM8515_20171128

9 – Randy Olson / Melissa Farlow

“Une mère et un enfant travaillent ensemble pour trier le plastique à Dhaka, au Bangladesh, où la plupart des industries informelles de déchets plastiques travaillent le long de la rivière Buriganga. Les familles qui font partie de l’industrie informelle des déchets plastiques mettent en place leur opération en travaillant de longues heures pour gagner leur vie en recherchant des matériaux recyclables. 
Noorjahan apprend à son enfant Momo comment mettre en boule les déchets plastiques après qu’ils aient été lavés dans la rivière de la baie du Bengale. Leur travail consiste à prendre la bâche en plastique mouillée et à l’étaler pour la faire sécher dans le paysage. Il s’agit d’un travail manuel : il faut enlever l’eau de chaque morceau de plastique et le retourner jusqu’à ce qu’il soit suffisamment sec pour être mis en balles et transporté vers une station de recyclage. Les systèmes fluviaux de Chine, d’Indonésie et des Philippines transportent plus de 80 % des déchets plastiques qui finissent dans les océans du monde.

A mother and a child work together sorting plastic in Dhaka, Bangladesh, where most of the informal plastic waste industries work occurs along the Buriganga River. Families who are part of informal plastic waste industry set up their operation working long hours to eke out of living searching for recyclable materials. 
Noorjahan teaches her child Momo how to bail plastic waste after it has been washed in the river that flows into the Bay of Bengal. Her job is to take the wet plastic sheeting and spread it out to dry over the landscape. It hand labor–shaking water off each piece of plastic and turning it over until it is dry enough to be baled and taken to a transfer recycling station. River systems in China, Indonesia and the Philippines carry more than 80% of the plastic waste that ends up in the world’s oceans.

10 – Randy Olson / Melissa Farlow

MM7493_20070504_24569

10 – Randy Olson / Melissa Farlow

“La plus grande migration humaine de l’histoire est celle des campagnes chinoises vers les villes. Selon les prévisions, 4,9 milliards d’êtres humains, soit 60 % de la population mondiale, vivront en ville d’ici 2030.

Le village de Huaxi ou village des fermiers, une ferme modèle depuis 45 ans, est représenté au premier plan, tandis que les entreprises appartenant aux “fermiers” sont derrière. Ces “agriculteurs modèles” étaient des capitalistes avant que cela ne soit autorisé en Chine. Ils ont créé des usines, mais travaillaient secrètement dans des bâtiments sans fenêtre. Lorsque les fonctionnaires du gouvernement arrivaient pour inspecter, les ouvriers couraient dans les champs et se faisaient passer pour des paysans. Ils sont devenus la première et la plus fructueuse exploitation capitaliste du collectif. Cette ferme modèle gère environ 80 usines, dont des ateliers de confection et des aciéries. Il y a eu 30 000 visites annuelles officielles du gouvernement.

The largest human migration in history is from the Chinese countryside to the cities. It is predicted that 4.9 billion or 60 percent of humans worldwide will live in cities by 2030.

Huaxi Village or Farmer’s Village, a model farm for the last 45 years, is shown in the foreground while businesses owned by the “farmers” are behind. These “model farmers” were capitalists before it was allowed in China. They started factories, but worked secretly in buildings with no windows. When government officials arrived to inspect, workers ran into the fields and pretended to be peasants. They became the first and most successful capitalist exploitation of the collective. This model farm runs about 80 factories, including garment factories and steel mills. There have been 30,000 official government annual visits.

11 – Randy Olson / Melissa Farlow

MM7517_20070902_014638

11 – Randy Olson / Melissa Farlow

“Caché derrière une clôture de jute, un cow-boy regarde un hélicoptère conduire des chevaux sauvages dans un piège. Le troupeau paniqué a été dupé pour suivre un cheval “Judas” entraîné dans un corral. Le Bureau of Land Management (BLM) a engagé des contractants pour rassembler et retirer plus de 1 000 chevaux du désert du Nevada. Cela se produit tout au long de l’année, chaque année. Selon la loi, le BLM est le gardien des mustangs, mais comme les terres sont clôturées, les chevaux sont coupés de leurs zones de pâturage naturelles et entrent en concurrence avec le bétail pour la nourriture. Les incendies de terres sauvages et la sécheresse accentuent la pression sur les troupeaux.

Après leur capture, quelques chevaux en bonne santé sont relâchés dans la nature, mais la plupart sont expédiés. S’ils ne sont pas adoptés, ils sont transportés par camion vers des fermes et des ranchs où ils sont hébergés par le gouvernement fédéral. Il y a plus de chevaux sauvages qui vivent en captivité que de chevaux en liberté.

Cette photographie a fait l’objet d’un article sur les chevaux sauvages dans le magazine National Geographic.”

Hiding behind a jute fence, a cowboy watches a helicopter drive wild horses into a trap. The panicked herd was duped to follow a trained “Judas” horse into a corral. The Bureau of Land Management (BLM) hired contractors to round up and remove more than 1,000 horses from the Nevada desert. This happens throughout the year – every year. By law, BLM is the caretaker of mustangs, but as lands are fenced, horses are cut off from their natural grazing areas and compete with cattle for food. Wild land fire and drought put more pressure on herds.

After their capture a few healthy horses are released back into the wild, but most are shipped away. If they are not adopted, they are trucked to farms and ranches where they are housed by the federal government. More wild horses live in captivity than run free.

This photograph was featured in an article on Wild Horses in National Geographic magazine.

12 – Randy Olson / Melissa Farlow

MM8259_20140522_45645

12 – Randy Olson / Melissa Farlow

Le lac Turkana possède la plus forte concentration de crocodiles du Nil en eau salée au monde. Ces reptiles sont des carnivores qui mesurent en moyenne 17 pieds de long, pèsent 1 000 livres et vivent jusqu’à 70 ans à l’état sauvage. Des spécimens ont mesuré 23 pieds de long et leur poids de 2 200 livres n’est pas rare. Le crocodile du Nil se nourrit principalement de poissons, mais il s’attaque à presque tout ce qui a le malheur de croiser son chemin, y compris les zèbres, les petits hippopotames, les porcs-épics, les oiseaux et les autres crocodiles. Il se nourrit également de charognes et peut manger jusqu’à la moitié de son poids lors d’un repas.

Lake Turkana has the highest concentration of saltwater Nile Crocodiles in the world. The reptiles are carnivores that average 17 feet long, weigh 1,000 pounds and live to be 70 years old in the wild. Specimens have measured 23 feet long and their weight of 2,200 pounds is not uncommon. The diet of the Nile crocodile is mainly fish, but it will attack almost anything unfortunate enough to cross its path, including zebras, small hippos, porcupines, birds, and other crocodiles. It will also scavenge carrion, and can eat up to half its body weight at a feeding

13 – Randy Olson / Melissa Farlow

MM8259_20130830_17753

13 – Randy Olson / Melissa Farlow

“Les El Molo sont les pêcheurs originels du lac Turkana. Les chasseurs portent des lances et retiennent leur souffle sous l’eau en traquant les poissons comme le faisaient leurs grands-pères. Le lac est chargé de sel, de fluorure et d’algues qui lui donnent un autre de ses noms : la mer de Jade. Les hommes qui l’ont bu sont tombés malades et il ne reste plus que quatre El Molo de pure souche dans la vallée du Rift en Afrique.

El Molo are the original fisherman of Lake Turkana. Hunters carry spears and hold their breath underwater stalking fish as their grandfathers did. The lake is heavy with salt, fluoride, and the algae that give it another of its names: Jade Sea. Men who drank it became sick and now there are only four full-blooded El Molo left in Africa’s Rift Valley.

14 – Randy Olson / Melissa Farlow

Crowds at the Churchgate Railway Station in Mumbai.

14 – Randy Olson / Melissa Farlow

La foule s’écoule dans les trains lors de l’affluence du matin à la gare de Churchgate à Mumbai. Les trains arrivent et repartent chaque minute avec une précision d’horloge, emmenant les passagers vers leur destination. Mumbai est la plus grande ville d’Inde et, d’ici 2030, 60 % des 4,9 milliards d’habitants de la planète vivront dans des villes.

Crowds flow through trains during the crowded morning rush at Mumbai’s Churchgate Railway Station. Trains arrive and depart every minute with clockwork precision taking passengers to their destinations. Mumbai is the largest city in India and by 2030 60% or an estimated 4.9 billion people worldwide will live in cities.

15 – Randy Olson / Melissa Farlow

NGFishString

15 – Randy Olson / Melissa Farlow

Sous des eaux claires et turquoise, un poisson aux couleurs vives est attaché à une ficelle et traîne derrière un pêcheur au harpon sur l’île d’Ofu. Comme il y a une forte activité des requins près des îles Manu’a et des Samoa américaines, les sages pêcheurs au harpon ont appris à garder les poissons saignants sur une ficelle très loin de leur corps.

Under turquoise clear waters, a brightly colored fish is secured with a string and trails behind a spear fisherman on Ofu Island. Because there is heavy shark activity near Manu’a Islands and American Samoa, wise spear fishermen have learned to keep fish that are bleeding on a string far way away from their bodies.

16 – Randy Olson / Melissa Farlow

IndusBirdHunters

16 – Randy Olson / Melissa Farlow

La vallée de l’Indus conserve d’étonnants vestiges de son ancienne culture. À deux pas du plus grand site harappan intact, Mohenjo Daro, des pêcheurs mohanis utilisent le même style de bateau à fond plat que celui décrit sur des tablettes de terre cuite et de pierre vieilles de 4 600 ans, et un groupe de chasseurs d’oiseaux pratique encore une méthode vieille de 5 000 ans pour attraper les oiseaux. Les chasseurs attachent des hérons de compagnie à un cerceau dans la rivière, puis s’immergent dans l’eau jusqu’au cou en portant des masques faits de véritables peaux d’oiseaux. Ils remuent la tête comme un leurre pour imiter un oiseau qui nage et attrapent ensuite toute proie qui se pose à proximité. On sait que cette ancienne méthode de chasse aux oiseaux était utilisée car des artefacts montrent que la chasse aux oiseaux date de 3 300 ans avant Jésus-Christ.

The Indus River Valley maintains surprising remnants of its ancient culture. A stone’s throw from the largest intact Harappan Site, Mohenjo Daro, Mohanis fishermen use the exact style of flat-bottom boat depicted in terra cotta and stone tablets 4,600 years old, and a group of bird hunters still practice a 5,000-year-old method of catching birds. Hunters tie pet herons to a hoop in the river, and then submerge to their necks in the water wearing masks made from real bird skins. They wiggle their heads like a decoy to mimic a swimming bird and then grab any prey that lands nearby. It is known that this ancient method used to hunt birds was used because artifacts show bird-hunting date to 3,300 BC.

17 – Randy Olson / Melissa Farlow

Mbuti boys wear grass skirts during their circumcision ceremony.

17 – Randy Olson / Melissa Farlow

“Les garçons pygmées dansent en portant des feuilles sur la bouche pour garder le silence lors d’une initiation à la virilité appelée nKumbi. Ils portent les jupes cérémonielles pour leurs cérémonies de circoncision et, une fois le rituel terminé, les jupes sont accrochées aux arbres à l’entrée de leur village en République démocratique du Congo.

Les Pygmées sont des chasseurs-cueilleurs nomades qui dépendent d’une forêt saine pour survivre. Ils n’ont cependant aucun droit sur leur propre territoire, car les Belges de l’époque coloniale n’ont attribué des droits fonciers qu’aux groupes sédentaires.”

Pygmy boys dance wearing leaves on their mouths for silence as they go through a manhood initiation called nKumbi. They wear the ceremonial skirts for their circumcision ceremonies, and when the ritual is completed, the skirts are hung in the trees at the entrance to their village in the Democratic Republic of Congo.

Pygmies are nomadic hunter-gatherers who rely on a healthy forest to survive. They have no claim to their own home territory, however, because colonial Belgians assigned land rights only to sedentary groups.

18 – Randy Olson / Melissa Farlow

MM8259_20130820_08794

18 – Randy Olson / Melissa Farlow

Une mer de rose est hypnotisante lorsque des dizaines de milliers de flamants nains atterrissent dans le lac Flamingo, un lac de cratère formé sur l’île centrale du lac Turkana. Ils y affluent pour se reproduire et se nourrir d’algues, créant ainsi une scène surréaliste.

A sea of pink is mesmerizing as tens of thousands of Lesser Flamingos land in Flamingo Lake, a crater lake formed on Central Island on Lake Turkana. They flock there to breed and to feed on algae making a surreal scene.

19 – Randy Olson / Melissa Farlow

MM8429_20151020_21541FLAT

19 – Randy Olson / Melissa Farlow

“La poussière s’élève entre deux parcs d’engraissement à Hoxie, KS et Imperial, NE. Les Grandes Plaines sont très prisées pour l’agriculture et l’eau abondante de l’aquifère d’Ogallala. L’écologie et l’agriculture ont été endommagées dans toutes les prairies d’Amérique du Nord. Le sol sec et pulvérulent a rempli le ciel, créant de violentes tempêtes de poussière dans les années 1930, et la région est devenue connue sous le nom de “Dust Bowl”.

Dust rises between two feedlots in Hoxie, KS and Imperial, NE. The Great Plains are highly valued for agricultural purposes and abundant water from the Ogallala Aquifer. The ecology and agriculture was damaged across the prairies on North America. Powder dry soil filled the sky creating severe dust storms in the 1930s, and the region became known as the Dust Bowl.

20 – Randy Olson / Melissa Farlow

MM7314_11087

20 – Randy Olson / Melissa Farlow

Barrière de pluie : Au milieu des mers des Crater Highlands de Tanzanie, des nuages arrivent de l’océan Indien. En bloquant l’humidité dominante, ces hautes terres maintiennent le Serengeti et les plaines adjacentes éternellement assoiffés. Mais les montagnes boisées stockent également de précieuses réserves d’eau pour les périodes de sécheresse dans la zone de conservation du Ngorongoro – une des raisons pour lesquelles les Masaï considèrent les hautes terres comme sacrées.

Rain Barrier: Adrift in the seas of Tanzania’s Crater Highlands, clouds roll in from the Indian Ocean. By blocking the prevailing moisture, these highlands keep the Serengeti and adjacent plains eternally thirsty. But the forested mountains also store precious reserves of water for times of drought in the Ngorongoro Conservation area — one reason Maasai consider the highlands sacred.

21 – Randy Olson / Melissa Farlow

Farlow20080518_021718

21 – Randy Olson / Melissa Farlow

Une bande illusoire de chevaux sauvages franchit une crête sous la pleine lune. Les chevaux ne dorment que quelques heures par nuit – toujours sur leurs gardes et en alerte pour leur sécurité face aux prédateurs – hommes ou lions des montagnes.

An illusive band of wild horses crests a ridge under a full moon. Horses sleep only a few hours a night—always on guard and alert for their safety from predators — man or mountain lions.

22 – Randy Olson / Melissa Farlow

MELISSA FARLOW_MM7517_1200571

22 – Randy Olson / Melissa Farlow

La poussière s’élève dans la chaleur sèche de l’été alors qu’un troupeau de chevaux sauvages se déplace vers un point d’eau dans le nord de la Californie. Un jeune poulain marche pimpant au centre du troupeau. L’étalon dominant suit derrière pour les protéger des prédateurs et des menaces. La jument alpha décide du moment où le troupeau ira, mais la hiérarchie sociale détermine l’ordre dans lequel les groupes de chevaux s’abreuveront. Dans la nature, un cheval de 1 000 livres a besoin d’environ 10 gallons d’eau par jour, mais un cheval en bonne santé peut survivre jusqu’à 7 jours sans eau.
Les ressources auxquelles les troupeaux ont accès sont moins nombreuses lorsque les terres sont clôturées et développées. Les terres réservées aux chevaux sauvages sont souvent louées par des ranchers et les équidés les partagent avec le bétail, ce qui crée une pression accrue sur le fragile écosystème.

Dust rises in dry summer heat as a herd of wild horses moves to a waterhole in northern California. A young foal spritely walks in the center of the herd. The dominant stallion follows behind to protect them from predators and threats. The alpha mare decides when the herd will go, but social hierarchy determines the order in which groups of horses will drink. In the wild a thousand pound horse needs about 10 gallons of water daily although a healthy horse can survive up to 7 days without any water.
There are fewer resources for herds to access once land is fenced and developed. Lands set aside for wild horses are often leased by ranchers and equine share it with cattle, which creates greater pressure on the fragile ecosystem.